camus

Today I had my meeting with the UMD Study Abroad advisor. Nothing too exciting, she gave me a couple of different forms that I need to get signed by a couple different people and then bring back… but I am one step closer to going. (Which makes me wonder… did my mom send in the confirmation deposit yet to secure my spot?)


Anyway, tomorrow I am presenting in my French Literature class on Albert Camus, writer of The Stranger, most recognized for his development of existentialism. (Wow, I sound like a real college student. Like the type I used to want to be like in on the TV shows…) The presentation isn’t directly related to study abroad, but it did get me in the mood. Although I hate my accent, I can usually express myself, which is good. And hopefully the accent thing will work itself out when I’m there.

I know that there are small spelling and grammar mistakes, along with missing accents, but I’ll fix all that tomorrow morning when I get up early to practice it one more time


Albert Camus est ne à Mondovi, un petit village en Algérie, le sept novembre mille neuf cent treize (1913). La prochain année le père de Camus été blessé à la bataille de la Marne et il est mort à l’hôpital militaire de Saint-Brieuc le 17 octobre 1914. Parce que son père été mobilise deux mois avant la naissance de Camus, Camus ne connais pas son père que une photo et une anecdote significative : son dégoût devant le spectacle d’une exécution capitale.
Camus est grandi et faisait ses études à Alger. La, il a découvert les joies du football et de la philosophie. En mille neuf cent trente deux (1932), Camus a obtenu son bac et a commence des études de philosophie. Il publie ses premiers articles dans une revue étudiante.
A ces temps-la, Camus a eu son premières atteintes de la tuberculose. Il était frappe pas l’injustice faite à l’homme. Il a commence a penser que la mort est le plus grand scandale de la création. Sa maladie lui apprend qu’il est seul, et mortel.
En mille neuf cent trente quatre (1934), Camus s’est marie avec Simone Hie. L’année prochaine, il a fonde le théâtre du travail pour mettre les œuvres dramatiques, classiques et contemporaines à la portée du public défavorisé. Pendant cette année, il a joint le parti communiste.
Camus s’est séparé avec Simon Hie en mille neuf cent trente six (1936) et l’année
prochain il a publie L’envers et L’endroit, deux ouvres qui montrent qu’« amour de vivre » et « désespoir de vivre » sont inséparables.
En mille neuf cent trente huit (1938), Camus devient journaliste à Alger-Republican, un journal socialiste, ou il écrit au sujet de procès politiques algériens. Deux années plus tard, il s’est marie avec sa deuxième femme, Francine Faure, et ils sont quitte l’Algérie pour la France.
En mille neuf cent quarante et un (1941), Camus a joint la Résistance et a publie des articles dans combats, un journal dont il a devenue le rédacteur principaux. Pendant cette année, Camus a écrit L’Etranger, son plus connaît roman.
En mille neuf cent quarante quatre (1944), Camus a fait la rencontre de Jean Paul Sartre et l’année suivante il est quitte le journal Combat.
Camus a publie L’Homme Revole en mille neuf cent cinquante et un (1951) et l’histoire irrite des surréalistes et des existentialistes. L’année suivante ce sera la rupture définitive entre Camus et Sartre. Sartre reprochait à Camus son anticommunisme et sa soumission aux valeurs bourgeoises.
En mille neuf cent cinquante six (1956), Camus a publie La Chute- un livre plein de
cynisme et de pessimisme.
En octobre, mille neuf cent cinquante sept (1957), a l’age de 44 ans, Camus a reçu
le prix Nobel de littérature “pour l’ensemble d’une œuvre qui met en lumière, avec un sérieux pénétrant les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes”.
Camus était un écrivain humaniste. La carrière de Camus était celle d’un psychologue et d’un moraliste. Camus est connu pour l’idée d’existentialisme, mais la contribution philosophique peut être le plus significative de Camus était son idée de l’absurde. Il a cru que nous désirons clarté et les raisons pour les choses qui ce passe dans un monde qu’on ne peut pas comprendre. A son avis, la vie n’a pas la signification. Il a cru qu’il y a trois types de personnes : celle qui ont d’accord avec lui et donc suicider, celle qui créent la signification artificiel (comme des religions), et celle qui ont d’accord avec lui mais comme même vivre. Camus a appelle la
troisième groupes, « les héros absurdes ».
3 ans après il a gagne le prix Nobel, le 4 janvier, mille neuf cent soixante, Camus a
voyage à Paris et pour une raison inconnue, le chauffer a perdu le contrôle de la voiture. Il s’est tue dans cet accident de voiture. C’est tellement ironique parce que plus tôt dans sa vie, Camus a remarque que la manière la plus absurde de mourir serait dans un accident de voiture.